Fusions ou cessions - Regroupements, mode d’emploi

Fusions ou cessionsRegroupements, mode d’emploi

18.04.2011

Le regroupement présente des avantages économiques pour les officines en surnombre dans certains quartiers, et bénéficie d’une procédure relativement simple et rapide. Pourtant, les vrais regroupements – ceux dans lesquels les titulaires continuent d’exercer leur activité – restent peu fréquents, alors que les regroupements suivis d’une cession de l’officine se développent. Ce second type d’opération permet en effet d’acquérir une officine avec une meilleure sécurité. Explications et mode d’emploi.

  • Une utilisation astucieuse de la loi

LA DERNIÈRE grande réforme législative intervenue pour les regroupements d’officines date du début de l’année 2008. La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2008 a, en effet, autorisé les regroupements sans limitation de nombre et de périmètre géographique, et, surtout, a institué un dispositif de sauvegarde pour les pharmaciens regroupés : le gel des licences libérées par cette opération garantit aux pharmaciens regroupés, pendant cinq ans, de ne pas voir s’installer dans leur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
trappe

Vignettes orange : et si les honoraires passaient à la trappe ?

La FSPF alerte les pharmaciens et les assurés sur l’imbroglio engendré par les ordonnances ne comprenant que des médicaments à 15 %. Les complémentaires santé refusant de prendre en charge les honoraires sur des médicaments... 1

Partenaires