Rénover son officine sans grever son budget - L’imagination à moindre coût

Rénover son officine sans grever son budgetL’imagination à moindre coût

24.03.2011

Contraintes financières obligent, les pharmaciens ont moins d’argent à consacrer à la rénovation de leur officine, mais l’évolution du marché les force à trouver une nouvelle efficacité commerciale qu’une rénovation est à même de leur apporter. Résultat, ils demandent de plus en plus souvent aux agenceurs d’agir en tenant compte de budgets moindres. Une demande pas impossible à satisfaire. En jouant sur les postes plus facilement compressibles comme le mobilier et en pariant sur l’imagination, on peut rénover à moindre coût.

  • La rénovation est une mission parfois plus complexe qu’une création ou un transfert

« LES BUDGETS des pharmaciens consacrés à la rénovation de leurs officines ont baissé de 40 % en deux ans ». Ce constat chiffré de Jérôme Gaubert, directeur commercial France de Mobil M, reflète le sentiment de nombreux professionnels de l’agencement : les pharmaciens n’ont plus autant d’argent à investir dans la rénovation de leurs officines quand celle-ci s’impose. La baisse des marges que subissent les pharmaciens explique cette restriction des budgets, mais les difficultés économiques...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires