UN CONSEIL ARGOS CONSULTING* - L’art de la promotion

UN CONSEIL ARGOS CONSULTING*L’art de la promotion

17.03.2011

À l’heure où le pouvoir d’achat et la hausse des prix sont devenus des préoccupations quotidiennes croissantes, la promotion s’impose comme une réponse évidente. Pourtant, elle n’est pas toujours utilisée à bon escient. De fait, le terme peut donner lieu à de multiples interprétations. Rappel autour d’une pratique commerciale à la fois très courante et très encadrée.

  • La promotion doit procurer un avantage perceptible évident pour le client

LA GRANDE DISTRIBUTION la met en œuvre depuis bien longtemps : le chiffre d’affaires (CA) réalisé grâce aux actions de promotion aurait ainsi atteint 18 % en 2010, contre 14,1 % en 2000**. Aujourd’hui, 1 euro sur 15 dépensé en grande distribution le serait grâce à des prospectus**.

Sur les cinq dernières années, la promotion a permis d’augmenter le CA des produits de grande consommation de 29 %** ! Car toute la question est là : une promotion doit générer des ventes additionnelles,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Voyage

À la Une Euthyrox : la contre-enquête Abonné

Depuis la commercialisation du nouveau Lévothyrox, plus d’un millier de patients se procurent l’ancienne formule hors de France, en se déplaçant physiquement ou en commandant sur Internet. Pourtant, l’Euthyrox est disponible dans les pharmacies françaises, du moins jusqu’à la fin de l’année 2018. « Le Quotidien » a enquêté sur les raisons de ce phénomène. Commenter

Partenaires