ZOOM SUR L’ÉQUIPEMENT - Centraliser pour être plus efficace

ZOOM SUR L’ÉQUIPEMENTCentraliser pour être plus efficace

23.07.2010

La gestion technique d’une officine se décline de nombreuses façons. La bureautique, les robots et automates, les étiquettes électroniques, la vidéosurveillance et d’autres encore, sont autant d’aspects que les éditeurs informatiques ont pris en compte pour les rationaliser en centralisant leur gestion à partir d’un poste. À la clé, confort et économies. Mais pas seulement. Directement ou indirectement, la bonne gestion technique d’une officine a des conséquences positives sur la gestion tout court de l’entreprise.

  • Robots et automates sont au coeur de la gestion centralisée de l'officine

UNE GESTION TECHNIQUE centralisée commence parce qu’il y a de plus simple. « On peut allumer tous les postes de travail à partir d’un outil, installé sur le serveur d’une officine » illustre Patrick Sevestre, chef de produits marketing d’Isipharm. Une fonctionnalité qui apporte confort et gain de temps, dès lors qu’on dispose des matériels de communication adéquats, fort simples eux aussi. Presque un gadget. Mais derrière ce côté en apparence futile, c’est toute l’efficacité de la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires