COMPTABILITÉ - Découvert bancaire : comment s’en sortir ?

COMPTABILITÉDécouvert bancaire : comment s’en sortir ?

27.05.2010

DÉCOUVERT BANCAIRE. Signe inquiétant et souvent révélateur de difficultés structurelles, le découvert bancaire est aujourd’hui fréquent dans les officines. Il peut, cependant, être évité, ou en tout cas minimisé, grâce à l’identification de ses causes et à une meilleure gestion du stock, comme l’expliquent Philippe Becker et Christian Nouvel, de Fiducial.

  • La politique d’achat est souvent en cause
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Le recours au découvert bancaire est bien souvent la seule solution qu’ont les pharmaciens lourdement endettés pour faire face à leurs échéances. Est-ce la bonne solution ?

PHILIPPE BECKER.- Actuellement, la part des pharmaciens qui connaissent les affres des fins de mois difficiles est en forte augmentation. Dire que le découvert est une bonne chose, certainement pas ! Mais c’est souvent la seule solution. Le découvert, c’est le symptôme de problèmes de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires