Une porte d’entrée sur le web - Internet à l’officine : ouvrir mais pas trop

Une porte d’entrée sur le webInternet à l’officine : ouvrir mais pas trop

26.03.2009

Tous les éditeurs de logiciels affirment placer Internet au cœur de leur stratégie. Inévitable quand on sait l’importance qu’a prise la Toile dans l’activité des pharmaciens. Mais justement parce qu’elle est inévitable, elle s’accompagne aussi d’une stratégie de sécurité inhérente à toute ouverture sur le net. Les approches des éditeurs diffèrent sensiblement aussi bien dans la manière de protéger les pharmaciens que dans les usages possibles d’Internet. Nous avons exclu de cet article la question des commandes directes via le net.

INTERNET, c’est un peu comme un océan. Indispensable pour naviguer, attirant pour surfer, mais si vaste qu’on s’y perd vite. Les pharmaciens ont donc besoin d’outils pour se focaliser sur des objectifs précis et utiles, tout en s’accordant la liberté de fureter ici et là. Les éditeurs de logiciels souhaitent leur proposer plus que des boussoles, de vraies cartes pour savoir où aller… Et ne pas aller. « Internet, c’est un véritable média où l’internaute se perd facilement », confirme...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires