Un an après leur déremboursement - Les veinotoniques cherchent une nouvelle dynamique

Un an après leur déremboursementLes veinotoniques cherchent une nouvelle dynamique

26.01.2009

Le marché des veinotoniques a perdu près de la moitié de ses volumes de vente en trois ans. Mais les fabricants, surtout ceux qui résistent, ne cèdent pas au pessimisme. Des communications auprès du grand public, des conditionnements plus adaptés à l'automédication et un éventuel passage en libre accès doivent rebooster ce secteur clé du conseil officinal.

  • Les veinotoniques cherchent une nouvelle dynamique - 1
  • Les veinotoniques cherchent une nouvelle dynamique - 2

TROIS ANS sont passés déjà, depuis que le processus de déremboursement des veinotoniques a été enclenché. C'était en février 2006. D'abord, leur vignette est passée du bleu à l'orange et la prise en charge par l'Assurance-maladie de 35 à 15 %. Une période transitoire, qui se voulait salutaire, instaurée jusqu'en 2008. Dès lors, de nombreuses mutuelles ne veulent plus assurer le remboursement de la partie complémentaire. Le marché passe de plus de 90 millions d'unités vendues en 2005 à 80...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires