Médicaments de fond  Abonné

Par
Nicolas Tourneur -
Publié le 06/06/2017
Les anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente (AASAL) n’ont pas d’action anti-inflammatoire, mais ils permettent de diminuer la posologie des AINS et donc de limiter l’incidence de l’iatrogénie associée. Leur activité clinique se révèle après 4 à 6 semaines d’administration régulière : ils doivent impérativement s’associer à des produits d’action immédiate en cas d’arthrose algique. D’une efficacité modérée (leur efficacité sur la symptomatologie douloureuse est inférieure à celle des AINS), ils bénéficient globalement d’une tolérance satisfaisante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte