Une belle peau pour l'été : quelques conseils pour vos patients - Nouveaux itinéraires à l'officine - Effets cutanés des traitements anti-cancéreux

Une belle peau pour l'été : quelques conseils pour vos patients

État des lieux

Avant l'été, vos patients se préparent souvent à partir vers des destinations « soleil » : c'est l'heure des essayages de maillots de bain et du passage à la loupe de toutes les plus ou moins grandes imperfections de la peau ! Varicosités, cicatrices, rosacée, taches brunes... Tout doit disparaître !

Varicosités : quelles informations donner sur la sclérothérapie ?
Une sclérose sera peut-être nécessaire après un bilan veineux complet chez un angiologue.
La sclérose nécessite des injections répétées : leur nombre et leur espacement (généralement 15 jours) dépend du nombre et de l'état des varicosités à traiter.
Des bas de compression peuvent être prescrits pendant 1 à 4 semaines.
La sclérose est contre-indiquée pendant la grossesse et l'allaitement et exclut toute exposition aux UV (naturels ou en cabine) pendant et deux semaines après la dernière injection. De même, il faut proscrire les saunas, les bains chauds et les sports violents dans les jours suivants les injections.
La sclérothérapie des varicosités est considérée comme un acte esthétique. Elle n'est donc pas prise en charge par l'Assurance Maladie. La séance coûte entre 40 et 45 €.
 
 Un conseil : protéger du soleil toute cicatrice
Toute cicatrice de moins d’un an, et impérativement de moins de trois mois, ne doit pas être exposée au soleil afin d’éviter les conséquences néfastes des UV sur les processus de cicatrisation. Le rayonnement solaire induit en effet un déficit de cicatrisation pouvant résulter en une cicatrice hypertrophique et/ou une cicatrice pigmentée selon les types peaux ou le délai d’exposition de la cicatrice.
Après une chirurgie, il faut donc impérativement protéger toute cicatrice du soleil, au moyen d’habit, de pansement et/ou d’une protection solaire d’indice élevé 50+ (ceci est aussi vrai pour les UV de cabines solaires).
 
Le soleil aggrave la rosacée
Le soleil est un facteur aggravant de la rosacée.
Il faut donc s'en protéger en évitant les expositions, en portant un chapeau et des lunettes couvrantes et en appliquant une protection solaire d'indice 50+ sur la peau du visage, qu'il faudra réappliquer toutes les deux heures en cas d'exposition (sport, plage...).
 
Taches pigmentaires : un trop plein de soleil à éviter
Les taches brunes souvent dites « de vieillissement » sont dues au soleil.
Si elles sont déjà présentes, il faut quand même conseiller de se préserver du soleil pour éviter leur multiplication (elles sont irréversibles) en protégeant les zones exposées avec des vêtements et une protection solaire indice 50+.
Si vous observez qu'une tache présente un aspect hétérogène, si les bords sont irréguliers, il est important de demander l'avis d'un dermatologue, car un mélanome peut se développer.
 
Dr Sophie Delaure