Pathologies cutanées - Médecines naturelles, une science avant tout
Beauté de la peau

Pathologies cutanées

©Fotolia

État des lieux

Si de nombreuses plantes et huiles végétales sont connues pour favoriser une belle peau et améliorer son éclat, l’apport des médecines naturelles en dermatologie ne s’arrête pas là. En effet, celles-ci ont également toute leur place pour apporter une réponse à certaines pathologies cutanées, telles que l’acné, l’eczéma ou le psoriasis. Les professeurs Jean-Pierre Chaumont et Joëlle Millet-Clerc y ont d’ailleurs consacré un ouvrage, Phyto-aromathérapie appliquée à la dermatologie (1).

D’une manière générale, la bardane (Arctium lappa) est « la » plante de la peau et de ses affections. Elle possède des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes. Elle est adoucissante, calmante (démangeaisons) et sa racine régule l’excès de sébum. La matricaire (Matricaria recutita) est également régulièrement utilisée pour ses propriétés anti-irritatives, calmantes et adoucissantes dues à sa richesse en chamazulène.

Enfin, les affections cutanées possèdent fréquemment une composante inflammatoire et/ou infectieuse, qui conduit l’aromathérapie à constituer un traitement de choix.
 

L’acné

L’acné se caractérise par une surproduction de sébum, la présence de comédons et de pustules. Avant toute chose, il est primordial de se laver le visage matin et soir avec un savon adapté. L’huile essentielle de lavande fine (Lavandula angustifolia), qui a l’avantage de présenter une très bonne tolérance, est parmi les huiles essentielles (HE) les plus utilisées en cas d’acné. On peut citer l’huile essentielle de Tea tree (Melaleuca alternifolia) reconnue pour ses propriétés antiseptiques, anti-oxydantes, mais aussi pour lutter contre les inflammations. En cas de surinfection, le géranium rosat (Pelargonium x asperum) et le géranium palmarosa (Cymbopogon martinii) pourront être associés. Ces huiles essentielles doivent être utilisées par voie cutanée, diluées dans de l’huile végétale de jojoba ou d’onagre.
 

La dermatite atopique

Très fréquente, la dermatite atopique impose, en premier lieu, une hygiène tout en douceur et une hydratation quotidienne. Chez l’adulte, les capsules d’huile d’onagre par voie orale ont un effet bénéfique en apportant souplesse et confort. La matricaire sera également d’un grand secours pour calmer les démangeaisons : associer une ou deux gouttes d’HE de matricaire au lait ou baume hydratant corporel chez l’adolescent ou l’adulte.
 

Le psoriasis

Le psoriasis est dû à une inflammation chronique de la peau qui entraîne un emballement de la prolifération des cellules de l’épiderme. La peau est épaisse, rouge et desquame. Bardane et pensée sauvage (Viola tricolor) constituent une association très intéressante par voie orale.
Le curcuma (Curcuma longa) est également utilisé pour son activité anti-inflammatoire.
 

La rosacée

La rosacée se caractérise par des papules et pustules associées à une vasodilatation des vaisseaux, surtout au niveau du nez, du front, des joues et du menton.
L’huile essentielle d’arbre à thé, Tea tree, sera recommandée, diluée de 1 à 3 % dans de l’huile d’amande douce, à appliquer sur les lésions. Il peut être intéressant de lui associer un traitement par voie orale avec bardane, mais aussi marjolaine (Origanum majorana), calendula (Calendula officinalis) ou échinacée (Echinacea purpurea).
 

Les peaux pathologiques sont particulièrement sensibles et une allergie à une plante ou à une huile essentielle est toujours possible. Avant de les utiliser en application cutanée, il est recommandé de les tester en déposant une petite quantité dans le pli du coude pendant quelques jours. Si aucune réaction allergique ne s’est produite, il est alors possible de les appliquer sur les zones concernées.

 
Cette fiche a été réalisée avec la collaboration du Dr Jean-Michel Morel, médecin généraliste, président de la Société franc-comtoise de phytothérapie et d’aromathérapie, chargé de cours au Diplôme universitaire de phytothérapie et d’aromathérapie à la faculté de médecine et pharmacie de Besançon, auteur du Traité pratique de phytothérapie, éd. Grancher, 2008.
www.WikiPhyto.org et www.iftac.fr

À retenir

Aux côtés des règles hygiéno-diététiques (boire beaucoup d’eau, utiliser des produits d’hygiène adaptés, s’hydrater) que les patients doivent adopter tous les jours et en continu, la phytothérapie et l’aromathérapie peuvent apporter de vraies réponses aux patients souffrant de pathologies cutanées, notamment les huiles essentielles possédant des propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses.

REFERENCES

1. Éditions Tec & Doc, Paris, 2011.

image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.