Dermocosmétiques et risques d'allergies cutanées - Prise en charge dermatologique des problèmes de peaux

Dermocosmétiques et risques d'allergies cutanées

État des lieux

Malgré une réglementation rigoureuse et des produits majoritairement sûrs, il existe un risque d'allergie aux dermocosmétiques en raison de leur utilisation massive.
 
La fréquence des allergies cutanées aux dermocosmétiques est difficile à préciser en raison d'un diagnostic souvent difficile, car :
- les manifestations cliniques sont variées ;
- les allergènes sont nombreux ;
- il existe des difficultés de réalisation des tests d'allergie ;
- il y a probablement une sous-déclaration de ces manifestations.

Des manifestations cliniques variées
Dermatite irritative : absence de vésicules, aspect fissuré de la peau, peu ou non prurigineuse. Siège au niveau de l'application du produit.
Produits les plus souvent en cause : savons et shampooings (tensioactifs et/ou molécules irritantes comme la diméthylaminopropylamine), produits anti-vieillissement (alpha-hydroxy-acides, vitamine A, acides de fruits), certains déodorants, lingettes démaquillantes ou nettoyantes, anti-transpirants.
Réactions d'hypersensibilité retardée, les plus fréquentes : eczéma avec vésicules et papules ou sec et fissuré. Parfois, simple prurit sans lésion ou rougeur minime.
Lésions siégeant au niveau du corps ou du visage, plus ou moins extensives.
Réactions d'hypersensibilité immédiate : rougeurs prurigineuses, urticaire, réactions anaphylactiques.
 
Les principaux dermocosmétiques à risque d'allergie (1)
Les fragrances : elles représentent les causes les plus fréquentes d'allergies aux dermocosmétiques.
L'allergénicité est plus importante avec un mélange de fragrance qu'avec une fragrance seule et une peau irritée est un facteur de risque de polysensibilisation aux fragrances.
Les conservateurs : les plus utilisés dans les cosmétiques sont les agents libérant du formaldéhyde et les isothiazolidones. Les parabènes, accusés d'être des perturbateurs endocriniens, mais peu allergisants, ont été remplacés par le méthylisothiazolinone (MIT), qui entraîne des réactions de plus en plus fréquentes, en particulier sous forme d'eczéma de contact. Les autres agents sensibilisants sont le méthyldibromo-glutaronitrile, le formaldéhyde et le Kathon CG.
Les antioxydants : ils entrent peu dans la composition des cosmétiques.
Les excipients, surfactants, émulsifiants, agents mouillants : ils sont des ingrédients communs de la composition des cosmétiques (propylène-glycol, alcools gras), mais ne sont pas fréquemment responsables d'allergies.
Les ingrédients naturels : ce sont des dérivés des plantes, de plus en plus utilisés dans les cosmétiques, principalement comme fragrance, mais aussi pour leurs propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et anti-prurigineuses. Ils sont souvent responsables d'allergies.
Colorants pour cheveux : de nombreuses substances entrant dans leur composition peuvent être responsables d'allergies.
Vernis à ongles : ils contiennent de nombreux ingrédients, les réactions allergiques les plus fréquentes étant dues à la résine de toluènesulfonamide formaldéhyde. Dans plus de 80 % des cas, les réactions allergiques se produisent à distance des ongles : lèvres, paupières, cou et autres parties de la face.
 
Dr Sophie Delaure
 
 

REFERENCES

1. González-Muñoz P, Conde-Salazar L, Vaño-Galván S. Allergic contact dermatitis caused by cosmetic products. Actas Dermosifiliogr. 2014;105(9):822-32.