Pas de copie de Glivec avant 2017

Pas de copie de Glivec avant 2017

Mélanie Maziere
| 21.03.2016
  • Pas de copie de Glivec avant 2017 - 1

Le Laboratoire Teva aura tout tenté pour obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour la version biosimilaire de l’anticancéreux Glivec (imatinib) de Novartis. En vain. Au-delà de la protection propre au brevet, tombé en novembre 2011, la spécialité du groupe suisse est protégée par l’exclusivité conférée par le statut de médicament orphelin attribué à un autre médicament de Novartis ayant la même indication. Des subtilités du droit… L’histoire repose sur les règles liées au...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 1 Commentaire
 
SYLVIE H Autre 21.03.2016 à 17h28

Glivec (Imatinib) ayant une structure chimique ne peut faire l'objet que d'une version générique et non pas biosimilaire.
Le biosimilaire est similaire à un médicament biologique (généralement Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires