LA CONTRIBUTION D’UN CERTAIN SIGMUND FREUD - Quand la cocaïne donnait le rose aux joues

LA CONTRIBUTION D’UN CERTAIN SIGMUND FREUDQuand la cocaïne donnait le rose aux joues

15.03.2012
  • Un alcaloïde isolé dans les années 1860
  • In this photo released by the Sigmund Freud Museum in Vienna former Austrian psychoanalyst...

C’EST dans la Vienne des années 1880 que le débat sur l’intérêt thérapeutique de la cocaïne - un alcaloïde isolé vingt ans auparavant des feuilles de coca par Albert Niemann (1834-1861) - se cristallisa avec les observations d’un jeune médecin, Sigmund Freud. Fin 1883, un article du médecin militaire Theodor Aschenbrandt avait attiré l’attention de Freud - alors neurologue à l’Hôpital général - sur la cocaïne. À en croire Aschenbrandt, celle-ci augmentait l’endurance et la résistance des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires