LA CONTRIBUTION D’UN CERTAIN SIGMUND FREUD - Quand la cocaïne donnait le rose aux joues

LA CONTRIBUTION D’UN CERTAIN SIGMUND FREUDQuand la cocaïne donnait le rose aux joues

15.03.2012
  • Un alcaloïde isolé dans les années 1860
  • In this photo released by the Sigmund Freud Museum in Vienna former Austrian psychoanalyst...

C’EST dans la Vienne des années 1880 que le débat sur l’intérêt thérapeutique de la cocaïne - un alcaloïde isolé vingt ans auparavant des feuilles de coca par Albert Niemann (1834-1861) - se cristallisa avec les observations d’un jeune médecin, Sigmund Freud. Fin 1883, un article du médecin militaire Theodor Aschenbrandt avait attiré l’attention de Freud - alors neurologue à l’Hôpital général - sur la cocaïne. À en croire Aschenbrandt, celle-ci augmentait l’endurance et la résistance des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Alain Milon

La dispensation protocolisée annulée par le Sénat ?

Une proposition d'amendement viserait à supprimer l'article autorisant les pharmaciens à dispenser des médicaments à prescription médicale obligatoire, selon l'Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF).... Commenter

Partenaires