2013, année du générique - Copier n’est pas jouer !
Actualité pharmaceutique
2013, année du générique | 1/9

Copier n’est pas jouer !

25.02.2013
  • La route du générique est semée d’embûches, mais ses objectifs sont solides

CONTRAIREMENT à certaines idées reçues, la conception d’une spécialité générique n’est pas chose facile. Certes il ne s’agit « que » d’une copie de médicament, mais à ceux qui seraient tentés par l’aventure, il faut délivrer quelques informations. Car copier n’est pas jouer ! Savez-vous, par exemple, qu’entre le moment du choix de la molécule princeps à développer et la commercialisation du générique proprement dit, il peut se passer 6 à 8 ans ? Et que les blockbusters ne sont...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

Les autres focus

add
  • Focus

    Dossier Abonné

    equipement

    Le réagencement et l'équipement d'une officine sont des exercices difficiles. Il faut savoir manier les techniques de la décoration, de... Commenter

  • Focus

    Dossier - Voyages de santé Abonné

    baleine à bosse

    Comme une respiration dans le tunnel parfois étouffant du quotidien. C'est ainsi qu'habituellement, j'envisage le plaisir du voyage.... Commenter

  • Focus

    Dossier - La santé sexuelle Abonné

    sexe

    Pas facile de parler « sexe » au comptoir d'une officine ! Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquent ! Contraception,... Commenter

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires