Les dangers du non substituable - Un AVC pour 232 NS
Brève

Les dangers du non substituableUn AVC pour 232 NS

16.02.2015

L’AFFAIRE se déroule dans le Val-d’Oise. Le 14 janvier dernier, la caisse primaire convoque une généraliste à qui elle reproche 232 prescriptions en NS. L’entretien dure 3 h 30. La généraliste défend chacune de ses prescriptions. Le 27 janvier, elle reçoit de sa caisse un relevé de conclusion de cet entretien. Sur les 232 dossiers, une vingtaine seulement est exclue de la procédure. Pour tous les autres, elle est condamnée au paiement des indus, c’est-à-dire à rembourser la différence...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires