Le Collectif des groupements réclame le droit de communiquer
Brève

Le Collectif des groupements réclame le droit de communiquer

16.07.2013

Le Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO) réclame d’urgence le droit à la communication des groupements, alors que l’Ordre des médecins et l’Ordre des pharmaciens viennent d’être déboutés dans l’affaire qui les opposait au groupement Giphar. Pascal Louis, président du CNGPO, se réjouit que le tribunal correctionnel de Paris n’ait vu ni exercice illégal de la médecine, ni publicité trompeuse dans la campagne menée par Giphar en 2008 et 2009, et ait relaxé ce groupement, membre du Collectif. « Nous pensons que c’est vers la voie de la communication et de l’information que la profession doit aller, poursuit Pascal Louis. C’est une opportunité supplémentaire et incontournable à développer pour l’évolution du métier officinal. » Les officines devenant de plus en plus spécialisées, elles n’auront pas d’autre choix, estime le Collectif. « La pharmacie d’officine doit dès maintenant faire connaître son savoir-faire par l’intermédiaire de ses groupements ou de ses enseignes. Le droit à la communication des groupements doit voir le jour de manière urgente. La profession doit pouvoir disposer de tous les outils nécessaires pour assurer sereinement son avenir », conclut Pascal Louis.

Quotipharm.com, le 16/07/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires