Génériques : l’Autorité de la concurrence sanctionne Sanofi
Brève

Génériques : l’Autorité de la concurrence sanctionne Sanofi

14.05.2013

L’Autorité de la concurrence a sanctionné Sanofi-Aventis à hauteur de 40,6 millions d’euros pour avoir dénigré les génériques de Plavix, le quatrième médicament le plus vendu au monde. Selon l’autorité, le groupe pharmaceutique a « mis en place auprès des professionnels de la santé (médecins et pharmaciens d’officine) une stratégie de dénigrement à l’encontre des génériques de Plavix afin de limiter leur entrée sur le marché et de favoriser ses propres produits », le princeps Plavix, ainsi que son propre générique Clopidogrel-Winthrop.

L’autorité avait été saisie par Teva Santé, 3e fabricant de génériques en France. Cette stratégie jouait à deux niveaux, « au stade de la prescription, en obtenant des médecins qu’ils apposent sur l’ordonnance la mention non substituable, et au stade de la substitution elle-même, en incitant à substituer Plavix par son propre générique », au détriment des génériques concurrents, explique-t-elle. « Les visiteurs médicaux et délégués pharmaceutiques de Sanofi-Aventis ont diffusé à l’échelle nationale auprès des médecins et des pharmaciens un discours jetant le doute sur l’efficacité et l’innocuité des génériques concurrents de Plavix et laissant entendre que leur responsabilité pourrait être engagée en cas de problème médical », détaille l’autorité. Ce discours « a instillé un doute sur la qualité et la sécurité des génériques, sans se fonder sur le moindre fait avéré, puisque rien ne permet de démontrer que les génériques concurrents de Plavix sont moins sûrs que le princeps », souligne encore l’Autorité de la concurrence.

Sanofi-Aventis a immédiatement réagi à cette décision, dont elle entend faire appel, contestant avoir dénigré les génériques de son antithrombotique. « Sanofi n’a jamais remis en cause la bioéquivalence des génériques de Plavix », souligne dans un communiqué le groupe pharmaceutique, qui « désapprouve » la décision de l’autorité et indique préparer « un recours devant la cour d’appel de Paris ».

Quotipharm.com, le 14/05/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pharmacien

À la Une La nouvelle marge pour 2019 Abonné

En prévision de l'instauration de nouveaux honoraires de dispensation à partir du 1er janvier 2019, un nouvel arrêté de marge vient de paraître au « Journal officiel ». 3

Partenaires