La vente des pilules de 3e et 4e générations a baissé de 25 %
Brève

La vente des pilules de 3e et 4e générations a baissé de 25 %

25.02.2013

Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), entre le 4 et le 31 janvier 2013, période durant laquelle le risque des pilules contraceptives a été fortement médiatisé, 36 nouveaux cas (31 thromboses veineuses et 5 thromboses artérielles) ont été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance. Ces données sont issues de la mise à jour du dossier « Pilules estroprogestatives et risque thromboembolique veineux », disponible sur le site Internet de l’agence, qui rend compte régulièrement de l’avancement du plan d’actions sur les contraceptifs oraux combinés (COC), des données de pharmacovigilance et de l’évolution de l’utilisation des COC. Concernant ce dernier point, l’ANSM note que la vente des COC de 3e et 4e générations a diminué d’environ 25 % quand on la compare à la même période de l’année précédente. Cette baisse a été simultanément accompagnée d’une hausse de la vente des COC de 2e génération (de l’ordre de 16 %). Un report qui n’est pas total, puisqu’une baisse de l’ordre de 3,5 % des ventes de COC, toutes générations confondues, a été observée. Les données du Conseil national de l’ordre des pharmaciens (CNOP) suggèrent que ce report pourrait être différent selon l’âge des femmes, avec un moindre report chez les jeunes filles.

QUOTIPHARM.COM, le 25/02/2013
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires