Économie de l’officine : la FSPF sonne l’alerte
Brève

Économie de l’officine : la FSPF sonne l’alerte

14.09.2012

La situation économique de l’officine est loin de s’améliorer. « Il y a alerte rouge », lance le président de la Fédération des syndicats pharmaceutique de France (FSPF), Philippe Gaertner, dans le cadre de la présentation du congrès national des pharmaciens des 13 et 14 octobre prochains, à Lille. Tandis que le nombre de procédures de sauvegarde, de redressement et de liquidation est en augmentation par rapport à 2011, la dernière enquête économique de la FSPF révèle que près d’une officine sur deux présente une évolution négative de son chiffre d’affaires. « L’impact des lois de finance successives est très variable d’une pharmacie à une autre et dépend de la patientèle », souligne Philippe Gaertner. Dans ce contexte déjà morose, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013 qui se profile inquiète le président de la FSPF. En effet, « une fois encore, le médicament sera le poste auquel on demandera le plus d’efforts », craint-il.

Quotipharm.com, le 14/09/2012
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rentrée 2017 : préparez vos rayons !-0
Dossier web

Rentrée 2017 : préparez vos rayons !

Hormis pour les pharmacies des zones touristiques, la période estivale est souvent un moment de l'année où l'activité est plus calme. L'occasion pour faire le tri sur ses rayons et de réfléchir à leur composition pour les prochains mois. Ce dossier passe en revue les marchés à ne pas négliger pour réussir sa rentrée.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.