Mise en garde du LEEM contre un livre à charge sur le médicament
Brève

Mise en garde du LEEM contre un livre à charge sur le médicament

13.09.2012

Un médicament sur deux est inutile, selon un livre coécrit par les Prs Philippe Even, directeur de l’Institut Necker, et Bernard Debré, chirurgien urologue et député UMP de Paris, dont « Le Nouvel Observateur » révèle jeudi les bonnes feuilles. Les auteurs - qui s’étaient vus confier par l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, une mission à la suite de l’affaire du Mediator, et lui avaient remis en mars 2011 un rapport au vitriol sur le système du médicament - croient pouvoir affirmer que, pour régler le problème du manque d’argent dans le domaine de la santé et du déficit de l’assurance-maladie, « il suffit de retirer du marché les médicaments dangereux, inutiles ou inefficaces ». Le livre recense ainsi « 50 % de médicaments inutiles, 20 % de mal tolérés, 5 % de potentiellement très dangereux, mais, incroyable paradoxe, 75 % sont remboursés ». « Le Nouvel Observateur » a mis par ailleurs en ligne « la liste noire des médicaments dangereux », qui comprend des médicaments cardio-vasculaires, des anti-inflammatoires, des pilules contraceptives, etc.

Le LEEM (Les entreprises du médicament) dénonce des « amalgames et approximations » dans cet « énième réquisitoire de Bernard Debré et Philippe Even ». Ce livre « contribue à alarmer inutilement les malades et risque de les conduire à arrêter de leur propre chef des traitements pourtant adaptés aux maladies dont ils souffrent », met en garde le syndicat dans un communiqué.

Quotipharm.com, le 13/09/2012
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.