Déserts médicaux : pas de contrainte dans l’immédiat
Brève

Déserts médicaux : pas de contrainte dans l’immédiat

26.06.2012

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a indiqué mardi qu’elle n’était pas favorable à la contrainte pour résoudre le problème des déserts médicaux, mais a laissé entendre que le gouvernement pourrait revoir sa position si la concertation n’aboutit pas. « Je crois qu’il doit y avoir des contraintes pour ce qui est du prix que payent les Français, donc la contrainte elle est de ce côté-là. En revanche pour ce qui est de l’installation (des médecins), aujourd’hui, je joue la carte de la négociation, de la concertation et du dialogue », a déclaré la ministre sur France Culture. « Si nous n’aboutissions pas, nous serions amenés sans doute à revoir les choses », a-t-elle aussitôt ajouté.

Contre toute attente et rompant avec sa position habituelle, le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) a remis en cause fin mai la liberté d’installation des médecins, préconisant de contraindre les jeunes praticiens à s’installer cinq ans dans la région où ils ont été formés. Reconnaissant que la question des déserts médicaux est « un des grands défis et une des grandes inégalités (...) apparus au cours des dernières années, Mme Touraine a estimé que la première mesure à prendre, c’est de revoir les études médicales ». Selon elle, « il faut évidemment multiplier, imposer les stages », les jeunes médecins formés dans les hôpitaux en centre-ville ayant peu l’occasion de pratiquer en zone rurale. « Il faut aussi répondre aux préoccupations des jeunes médecins, donc nous devons mettre en place des pôles de santé de proximité », a ajouté Mme Touraine.

Quotipharm.com, le 26/06/2012
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.