8 à 10 % de faux médicaments circuleraient sur le marché mondial
Brève

8 à 10 % de faux médicaments circuleraient sur le marché mondial

07.06.2012

Entre 8 et 10 % du marché pharmaceutique mondial serait constitué de faux médicaments, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La Journée mondiale de la contrefaçon, organisée aujourd’hui sur le thème des faux médicaments par l’Union des fabricants (UNIFAB) Sanofi et le LEEM, a réuni tous les acteurs de la lutte contre la contrefaçon, afin de faire le point sur ce trafic en plein essor. En Europe, environ 3 millions de médicaments ont été saisis en 2010, sur un total de 103 millions d’articles saisis, soit 3 %. « La contrefaçon de médicaments nous concerne tous. C’est une activité frauduleuse sans frontières, même si l’Asie et l’Afrique sont les plus touchées », souligne Philippe Peyre, secrétaire général de Sanofi. Dans les pays développés, les médicaments les plus fréquemment copiés sont ceux dits de « conforts », achetés le plus souvent via Internet. Cependant les contrefaçons de traitements de pathologies plus lourdes sont en recrudescence (anticancéreux, maladies cardio-vasculaires, etc.). Dans les pays en développement, ce sont les médicaments anti-infectieux et les vaccins qui sont les plus touchés par la contrefaçon. Même si la France reste encore protégée du fait de son réseau de distribution et de son système de Sécurité sociale, « il ne faut pas négliger la contrefaçon dans nos pays », met en garde Christian Peugeot, président d’UNIFAB, qui pointe notamment la menace de la vente de médicaments sur Internet.

QUOTIPHARM.COM, LE 07/06/2012
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.