Le métoclopramide contre-indiqué chez l’enfant de moins de 18 ans
Brève

Le métoclopramide contre-indiqué chez l’enfant de moins de 18 ans

10.02.2012

L’AFSSAPS, après avoir procédé à la réévaluation du rapport bénéfice/risque du métoclopramide (Primpéran et génériques) chez l’enfant, a décidé de contre-indiquer ces spécialités chez l’enfant de moins de 18 ans.

Pour les spécialités à base de métoclopramide indiquées uniquement chez l’enfant, l’AFSSAPS a décidé de suspendre l’AMM des deux spécialités à base de métoclopramide utilisées exclusivement chez l’enfant (en arrêt de commercialisation depuis le 04/07/2011). Aussi, en accord avec l’AFSSAPS, le laboratoire Sanofi-aventis France procède au rappel de tous les lots restants sur le marché des spécialités à base de métoclopramide à usage exclusivement pédiatrique.

Quant aux spécialités à base de métoclopramide indiquées chez l’adulte et l’enfant, les AMM des spécialités ont été révisées afin de mentionner la contre-indication chez l’enfant de moins de 18 ans et de préciser que l’utilisation est réservée à l’adulte. Ainsi, les boîtes prochainement mises sur le marché comporteront la mention « réservé à l’adulte ». Dans l’attente de cette mise à jour, tous les lots qui seront distribués, disposeront sur l’étui d’un sticker avec la mention « Contre-indiqué chez l’enfant de moins de 18 ans ».

En accord avec l’AFSSAPS, les laboratoires Sanofi-aventis France, Mylan SAS et Sandoz SAS procèdent donc au rappel de tous les lots ne mentionnant pas la contre-indication chez l’enfant de moins de 18 ans.

L’agence souhaite préciser que la spécialité Chlorhydrate de métoclopramide Renaudin 10 mg/2 ml, solution injectable en ampoule n’est pas concernée par ce rappel de lots puisque son AMM en vigueur prévoit déjà une utilisation réservée à l’adulte.

Quotipharm.com, le 10/02/12
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires