Campagne anti-pharmaciens : Leclerc reconnaît 68 % d’erreurs
Brève

Campagne anti-pharmaciens : Leclerc reconnaît 68 % d’erreurs

13.01.2012

Nouveau rebondissement dans le conflit qui oppose Leclerc aux pharmaciens au sujet d’une publicité comparative où le distributeur affirme vendre moins cher des produits de parapharmacie. Univers Pharmacie et l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) attendaient l’audience du tribunal de grande instance de Colmar du 12 janvier avec impatience. Ils n’ont pas été déçus. L’avocat du groupe Leclerc, Me Gilbert Parleani, a en effet dû reconnaître que le panel de pharmaciens, que le groupe a acheté auprès de Celtipharm, via un intermédiaire, était erroné à hauteur de 68 %, faussant l’étude et la campagne qui a suivi. C’est la raison pour laquelle le groupe Leclerc a retiré le nom des réseaux de pharmacies de sa communication dès la mi-décembre.

Me Hubert Bensoussan, avocat des pharmaciens, réclame 400 000 euros de dommages et intérêts à Leclerc, le retrait du terme « santé » sur ses cartes de fidélité, le retrait du site sesoignermoinscher.com et la cessation des campagnes de dénigrement contre les officinaux. De son côté, Me Parleani a demandé au tribunal de « condamner Celtipharm à payer à la place de Leclerc les éventuels dommages et intérêts auxquels Leclerc pourrait être condamné ». Le jugement du tribunal de Colmar sera rendu le jeudi 9 février.

Quotipharm.com, le 13/01/2012
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Grand débat

Participez au Grand débat national : « le Quotidien » vous donne la parole

À l’occasion du Grand débat national, nehs et le Groupe profession santé (GPS) réunissant « le Quotidien du pharmacien », « le Quotidien du médecin », « le Généraliste », « infirmiers.com », s’associent pour lancer une grande enqu... Commenter

Partenaires