PDA, renouvellement et e-prescription : l’IGAS réinvente l’exercice officinal
Brève

PDA, renouvellement et e-prescription : l’IGAS réinvente l’exercice officinal

29.06.2011

Le rapport de l’IGAS communiqué ce jour aux organisations syndicales représentatives des officinaux mentionne 37 recommandations dont certaines pourraient réformer en profondeur l’exercice officinal. Le rapport propose notamment de « prévoir, dans les cas retenus par la HAS, que le pharmacien puisse renouveler les prescriptions après un bilan pharmaceutique ». De même, « déterminer les pathologies qui pourraient être dépistées en officine et définir les protocoles de dépistage » est au nombre des recommandations qui prévoient également que « les pharmaciens puissent réaliser des entretiens d’accompagnement pour les patients chroniques ». Les inspecteurs de l’IGAS souhaitent par ailleurs, « finaliser les textes réglementaires relatifs à la préparation des doses à administrer et ouvrir aux médecins la possibilité de prescrire cette prestation ». Des médecins qui pourraient aussi être autorisés à consulter le Dossier Pharmaceutique. Une nouvelle mission, l’acte vaccinal sur prescription, pourrait être par ailleurs allouée aux pharmaciens, « sous réserve d’une étude préalable », précise l’IGAS. Enfin, les rapporteurs, qui relèvent qu’il convient de « développer la dématérialisation à la source de l’ordonnance en promouvant l’e-prescription », notent qu’il y a urgence à « réglementer (...) la vente de médicaments sur Internet en transposant sans délai la directive "médicaments falsifiés" ».

Quotipharm.com, le 29/06/2011
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.