La FSPF rappelle son opposition à la vente par correspondance
Brève

La FSPF rappelle son opposition à la vente par correspondance

17.01.2011

C’est avec « un étonnement mêlé d’inquiétude » que la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a pris connaissance des déclarations de Nora BERRA, secrétaire d’État chargée de la Santé, lors d’une audition au Sénat, le 11 janvier, selon lesquelles la réflexion se poursuivait, au sein de la direction générale de la santé (DGS), en vue d’encadrer la vente par correspondance de médicaments commandés sur des sites internet de pharmacies d’officine. Renouvelant la position qu’elle a exprimée au sein du groupe de travail mis en place par la DGS, la FSPF fait part « de sa plus vive opposition à toute démarche de nature à favoriser la vente à distance de médicaments par des pharmaciens d’officine ». Selon le syndicat, la vente des médicaments par correspondance, « en totale contradiction avec les missions assignées aux pharmaciens d’officine par la loi HPST, va à l’encontre des règles élémentaires de sécurité de la dispensation instaurées dans l’intérêt des patients ». Il rappelle que le face à face avec le patient est le meilleur moyen d’assurer le dialogue nécessaire à son accompagnement, et que la sécurisation de la dispensation des médicaments que la profession a engagée grâce au Dossier Pharmaceutique et, demain, au Dossier Médical Personnel, est impossible via internet. Il souligne également que « la France a la chance de disposer d’un réseau de pharmacies de proximité garantissant à tous les patients un accès immédiat aux soins. Autoriser la vente à distance au profit de quelques officines comporte le risque de mettre en difficulté des pharmacies de proximité, avec, à terme, une remise en cause de la disponibilité de l’ensemble des médicaments ».

Quotipharm.com, le 17/01/2011
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

ROSP générique pour 2019 : la FSPF ne signera pas l’avenant

L’enveloppe allouée à la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour la substitution générique réalisée en 2019 ne sera pas de 75 millions d’euros mais de 65 millions d’euros a annoncé l’assurance-maladie. L'avenant... 3

Partenaires