Médecine générale : l’Élysée annonce des mesures pour 2011
Brève

Médecine générale : l’Élysée annonce des mesures pour 2011

26.11.2010

Le gouvernement prendra dès 2011 des mesures pour améliorer l’exercice de la médecine générale, notamment en matière de formation, de rémunération ou d’aide à l’installation, sur la base du rapport remis vendredi à Nicolas Sarkozy par Élisabeth Hubert. Le président de la République a demandé au ministre et à la secrétaire d’État à la Santé, Xavier Bertrand et Nora Berra, ainsi qu’à la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, d’engager « très rapidement » des concertations avec les professionnels de la santé pour préparer ces mesures. Parmi les chantiers retenus figurent la simplification des conditions d’exercice de la médecine, la modernisation des systèmes d’information, l’appui à l’exercice regroupé des professionnels, la valorisation de la formation initiale de médecine générale, ainsi que l’aide à l’installation dans les zones à faible densité médicale. Le chef de l’État doit lui-même illustrer ces priorités dès la semaine prochaine lors d’un déplacement, précise l’Élysée.

Dans le rapport de près de 200 pages remis au président, l’ex-ministre de la Santé, Élisabeth Hubert, détaille une série de propositions destinées à relancer la médecine libérale et à lutter contre les déserts médicaux.

Sur le sujet sensible de la rémunération des médecins, Mme Hubert prône des consultations à prix variable chez le généraliste pour « valoriser le diagnostic à sa juste valeur » ; le prix des consultations pourrait ainsi varier de la moitié du prix actuel (22 euros actuellement, 23 euros au 1er janvier prochain) pour un rendez-vous de simple formalité à 70 euros pour une « consultation longue et difficile ».

Quotipharm.com, le 26/11/2010
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires