Retrait de lots de crèmes adhésives pour appareils dentaires
Brève

Retrait de lots de crèmes adhésives pour appareils dentaires

19.02.2010

L’Afssaps a été informée par GlaxoSmithKline Santé Grand Public de son intention d’arrêter la commercialisation des crèmes adhésives contenant du zinc pour appareils dentaires (Polident, Corega, Super Poligrip). Il s’agit d’une mesure de précaution prise en raison d’un risque potentiel pour la santé des utilisateurs. En effet, l’utilisation excessive et sur le long terme de ces produits peut être à l’origine d’effets indésirables tels que engourdissement, picotement ou faiblesse dans les bras ou les jambes, difficultés à marcher ou à conserver son équilibre ainsi que des troubles sanguins (anémie).

C’est l’ingestion de quantités trop importantes de ces crèmes pendant plusieurs années qui provoque ces effets indésirables dus à un surdosage en zinc depuis 1995, 416 cas d’effets indésirables déclarés dans le monde auprès du fabricant. Un seul cas déclaré en France auprès de l’Afssaps mais lié à une utilisation inadaptée du produit). L’excès de zinc au niveau digestif provoque une carence en cuivre, à l’origine des troubles observés.

Les consommateurs ayant ces produits à leur domicile peuvent continuer à les utiliser en respectant les conditions normales d’utilisation. L’Afssaps recommande toutefois de cesser l’utilisation de ces crèmes et de consulter un médecin en cas de symptômes tels qu’engourdissement, picotement ou faiblesse dans les bras ou les jambes, difficultés à marcher ou à conserver son équilibre ainsi que des troubles sanguins (anémie). Les produits concernés par ce retrait de lots sont les crèmes adhésives pour appareils dentaires Polident Pro Soin Complet, Super Poligrip, Corega Adhérence Maximum, Corega Performance Maximum, Corega Fraîcheur, Corega Adhérence Maximum Fraîcheur (GSK santé grand public).

Quotipharm.com, le 19/02/2010
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires