Le vaccin antiméningococcique Neisvac désormais remboursé
Brève

Le vaccin antiméningococcique Neisvac désormais remboursé

12.02.2010

Le laboratoire Baxter vient d’obtenir le remboursement de son vaccin antiméningococcique de type C, Neisvac, à hauteur de 65 %. Son prix public a été fixé à 24,15 euros et il est agréé aux collectivités. Disponible sur prescription médicale, il est délivré en pharmacie de ville. L’arrêté publié au Journal officiel aujourd’hui précise que Neisvac est indiqué dans l’immunisation active des nourrissons de 12 à 24 mois, pour la prévention des maladies invasives dues à Neisseria meningitidis du sérogroupe C. Il est également indiqué dans l’immunisation active des sujets jusqu’à 24 ans révolus pour la prévention des mêmes maladies invasives, durant une période correspondant à la mise en place de la stratégie de vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 à 24 mois et en attendant son impact optimal par la création d’une immunité de groupe.

Baxter a distribué, à ce jour, plus de 30 millions de doses de Neisvac en Europe. Il a déjà démontré son efficacité dans les pays ayant mis en place des recommandations vaccinales, comme aux Pays-Bas. De son côté, la Haute autorité de santé (HAS) recommande la vaccination dès 12 mois et jusqu’à 24 ans révolus. Elle rappelle que « l’obtention d’une couverture vaccinale rapidement élevée conditionne l’efficacité du programme de vaccination en permettant notamment de réduire la circulation de la bactérie et la protection des nourrissons non encore vaccinés ».

Quotipharm.com, le 12/02/2010
Source : Lequotidiendupharmacien.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.