Grippe A/H1N1 : vers une prise en charge hospitalière de proximité
Brève

Grippe A/H1N1 : vers une prise en charge hospitalière de proximité

26.06.2009

Selon le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV) du Haut conseil de la santé publique (HCSP), la moitié de la population française est susceptible d'être touchée par le virus de la grippe A/H1N1 en l'absence de vaccin.

C’est dans ce contexte, que le Ministère de la Santé vient de décider l’élargissement du dispositif de prise en charge des cas de grippe A/H1N1, vers une prise en charge hospitalière de proximité. Le dispositif de consultation hospitalière dédié à la grippe A/H1N1 dans les établissements de santé sièges de SAMU/Centre 15 va être, à compter du 26 juin, progressivement élargi à plus de 300 établissements hospitaliers supplémentaires.

Les centres hospitaliers concernés devront répondre aux quatre critères cumulatifs suivants :

- Disposer d’une équipe médicale et paramédicale appelée à prendre en charge les cas de grippe ;

- Présence d’un circuit d’accès direct et dédié à la prise en charge des cas de grippe et locaux de consultation permettant une séparation par rapport aux autres patients ;

- Disponibilité dans l’établissement de « kits » de prélèvement nasopharyngés et d’emballages de transport ;

- Dotations en produits antiviraux et en masques de protection.

L’agence régionale de l’hospitalisation, après vérification de ces critères, informera la direction de l’établissement concerné, le SAMU/Centre15, et le préfet de Département de l’inscription de cet établissement sur la liste des sites en capacité de recevoir des cas de grippe A/H1N1.

Ainsi, les patients qui contactent le SAMU/Centre 15 pour un syndrome grippal, seront orientés vers un centre de consultation hospitalière de proximité inclus dans ce dispositif élargi.

Quotipharm.com, le 26/06/09
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires