Pharmacie vidéo en Allemagne - « J'ai joué le patient mystère chez Doc Morris »

Pharmacie vidéo en Allemagne« J'ai joué le patient mystère chez Doc Morris »

Denis Durand de Bousingen
| 15.05.2017

Ouverte le 19 avril dernier puis fermée sur décision des autorités administratives trois jours après, la « pharmacie vidéo » installée par Doc Morris dans l’ancienne pharmacie d’Hüffenhardt, un village du nord du pays de Bade, a rouvert une semaine plus tard sous forme d’un « centre de conseil vidéo » délivrant exclusivement des OTC. Le « Quotidien » est allé jouer au patient mystère dans cette ancienne officine, qui a donné à Hüffenhardt, commune jusque-là plutôt anonyme, une notoriété inattendue dans toute l’Allemagne.

  • Doc Morris

Si la maison de briques abritant le « centre de conseil vidéo Doc Morris » n’a guère changé depuis la fermeture de l’ancienne pharmacie, les locaux intérieurs n’ont plus grand-chose à voir avec une officine. Une grande table plutôt conviviale, avec plusieurs chaises, meuble la pièce principale, repeinte aux couleurs de Doc Morris, le vert et le blanc.

À peine suis-je entré qu’une jeune femme habillée aux mêmes couleurs me souhaite aimablement la bienvenue et me demande ce...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires