Pakistan : six mois de prison pour vente de médicaments périmés

Pakistan : six mois de prison pour vente de médicaments périmés

Marie Bonte
| 24.02.2017
  • Pakistan

Les pharmaciens pakistanais et leurs grossistes-répartiteurs protestent contre le projet de criminaliser la vente de périmés.

Les titulaires pakistanais et leurs répartiteurs risquent gros. Pour toute vente de médicaments périmés, mal étiquetés ou encore ne répondant pas aux standards de qualité, ils encourent désormais une peine de prison de six mois sans sursis. Ainsi le prévoit l’amendement à la loi sur les médicaments falsifiés durcissant la lutte contre ce fléau...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rupture stock

Médicaments : le plan anti-rupture du LEEM

Le LEEM l'avait annoncé par la voix de son président Philippe Tcheng lors de ses vœux, c'est chose faite. Les industriels du médicament présentent leur plan d'actions en six points pour agir contre les pénuries de médicaments.... 4

Partenaires