Pour lutter contre la désertification - À Amiens, un pharmacien aménage un cabinet médical

Pour lutter contre la désertificationÀ Amiens, un pharmacien aménage un cabinet médical

Marie Bonte
| 02.02.2017

C’est à quelques centaines de mètres de la cathédrale d’Amiens que Gilles Tranchant vient d’aménager, à ses frais et à la force de son poignet, un cabinet médical dans l’espoir d’attirer un médecin dans ce quartier déserté par la profession. S’il a pu compter sur le soutien des habitants venus lui prêter main-forte, le pharmacien attend encore le sursaut des pouvoirs publics et du corps médical.

  • Amien St Leu

Gilles Tranchant s’apprête à apposer la plaque « cabinet médical », puis il ira poster la vidéo qu’il aura faite du cabinet flambant neuf sur la page Facebook de Rempla Nor, une association de mise en relation de médecins installés et de médecins remplaçants dans les Hauts-de-France.

Il y a plusieurs mois que le titulaire de la pharmacie Notre-Dame de Saint-Leu, un quartier proche du centre-ville d’Amiens (Somme), a commencé les travaux de ce cabinet médical. Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires