Un entretien avec Xavier Pavie, professeur à l'Essec Business School - « Les services sont l'avenir de la pharmacie »

Un entretien avec Xavier Pavie, professeur à l'Essec Business School« Les services sont l'avenir de la pharmacie »

Didier Doukhan
| 30.01.2017

Détruire l'ancien modèle officinal, pour le reconstruire, telle est la vision un peu iconoclaste de Xavier Pavie axée sur le service. Professeur à l'Essec Business School, Xavier Pavie explique au « Quotidien » pourquoi et comment l'officine de demain doit faire sa révolution autour d'une offre de services rémunérés et non plus sur la seule délivrance de médicaments.

  • Xavier Pavie

Le Quotidien du Pharmacien.- Pourquoi dîtes-vous que la pharmacie axée sur la délivrance du médicament est un modèle qui a fait son temps ?

Xavier Pavie.- Je voudrais d'abord préciser que je ne suis pas un spécialiste de la pharmacie, mais des services. Ce que j'observe, lorsque je me penche sur le monde officinal, c'est que la valeur ajoutée n'est pas l'activité principale du pharmacien. Partant de ce constat, comprenez bien que tout ce que je dis vise à défendre le pharmacien...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires