À la Une - Faux médicaments : les dessous d'un trafic

À la UneFaux médicaments : les dessous d'un trafic

Charlotte Demarti
| 26.01.2017

Le trafic de faux médicaments, juteux et peu réprimé, a encore de beaux jours devant lui. Plaque tournante du commerce illicite, l'Afrique souffre du manque d'engagement de ses services douaniers et doit parfois faire face à la corruption de son administration. En Europe, où la situation est moins préoccupante, le trafic s'opère surtout sur Internet, ou par le biais des importations parallèles.

  • monde

Les douanes viennent d’annoncer une saisie record de 113 millions de produits pharmaceutiques illicites, lors d’une opération coup de poing menée en septembre dernier dans 16 pays africains durant 10 jours.

Les médicaments retrouvés, qui proviennent de Chine ou d’Inde, sont essentiellement des médicaments de première nécessité : des antipaludéens (26 %), des anti-inflammatoires (25 %), des antibiotiques (15 %), des analgésiques (13 %) et des traitements...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires