Marché OTC en Suède - La libéralisation des pharmacies a-t-elle favorisé l’envol des prix ?

Marché OTC en SuèdeLa libéralisation des pharmacies a-t-elle favorisé l’envol des prix ?

Denis Durand de Bousingen
| 23.01.2017

Entreprise en 2009 pour se conformer à la législation européenne, la privatisation des pharmacies suédoises était censée améliorer la répartition des officines et la qualité des services, mais aussi faire diminuer les prix, y compris en libéralisant totalement le marché des OTC. Huit ans plus tard, il semble au contraire que ces derniers aient bien plus augmenté qu’à l’époque où ils étaient strictement encadrés au sein du monopole.

Dès 2014, des enquêtes officielles ont montré que la plupart des créations, qu’elles soient le fait de l’ancienne chaîne de pharmacies d’État désormais privatisée ou des autres grandes chaînes privées se partageant avec elle le marché, se sont faites dans des grandes villes au détriment des zones isolées qui, elles, ont perdu au contraire de nombreux points de ventes. Les créations indépendantes ont été très rares, et, selon ces études, la qualité du service n’a guère progressé et les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires