À la Une - Uvestérol D : les leçons d'une crise

À la UneUvestérol D : les leçons d'une crise

Marie Bonte
| 12.01.2017

Le décès d’un nouveau-né de dix jours, fin décembre, après une prise d’Uvestérol D, a précipité l’arrêt de la commercialisation de la spécialité. Si le produit lui-même n’est pas remis en cause, c’est son mode d’administration (la pipette) qui est incriminé dans la mort du nourrisson, probablement victime d’une « fausse route ». À l’issue de ce drame, plusieurs questions se posent au comptoir.

  • uve

Que faire des stocks d’Uvestérol D ?

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a prononcé dans l'après-midi du 6 janvier la suspension de commercialisation de l’Uvestérol D. Ce produit a donc fait l’objet d’une procédure immédiate de rappels des lots auprès des pharmacies d’officine et hospitalières par le laboratoire responsable (Crinex) sous l’autorité des ARS et du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens.

Un porte-parole du...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires