Le monde aujourd'hui - A quoi la primaire de la gauche sert-elle ?

Le monde aujourd'huiA quoi la primaire de la gauche sert-elle ?

Richard Liscia
| 09.01.2017

Les deux tours de la primaire de la gauche, les 22 et 29 janvier, n'auront pas une force décisive. Ils désigneront certes un vainqueur mais aussi un homme (ou une femme) qui, lors de la présidentielle, devra se battre sur deux fronts : contre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon d'une part, contre François Fillon et Marine Le Pen d'autre part.

  • A QUOI LA PRIMAIRE DE LA GAUCHE SERT ELLE ?

La diversité des adversaires que devra affronter le vainqueur de la primaire de la gauche constituera pour lui un sérieux handicap qui s'ajoutera à d'autres : un sort malin s'acharnera contre un candidat sans doute légitimé par la primaire mais qui, avant même de se battre contre la droite et l'extrême droite, devra distancer le candidat de l'extrême gauche et celui d'En Marche ! Cela fait beaucoup de haies à franchir dans cette course épuisante, dans un contexte historique où la gauche,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires