À Bordeaux, un pharmacien dit non à la pseudo-éphédrine

À Bordeaux, un pharmacien dit non à la pseudo-éphédrine

Marie Bonte
| 06.01.2017
  • Pseudo-éphédrine

En cette période hivernale, François Couchouron a décidé de bannir la pseudo-éphédrine de son rayon conseil. Il en informe ses patients via une affiche apposée sur son comptoir et la porte de son officine.

Un rhume vaut-il la peine d’encourir un accident cardiovasculaire ? Ou plutôt son traitement par un produit contenant de la pseudo-éphédrine mérite-t-il une hospitalisation ? C’est la question que pose François Couchouron, titulaire bordelais, sur la porte de son...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 15 Commentaires
 
dominique d Pharmacien 09.01.2017 à 11h31

surtout que certains médecins n'hésitent pas à prescrire avec la pseudo éphédrine des gouttes nasales décongestionnantes genre Dérinox...
La prescription médicale ne nous ôte pas de faire notre Lire la suite

Répondre
 
ISABELLE G Pharmacien 08.01.2017 à 13h41

« Bravo à François Coucheron. Je ferais de même si j'étais titulaire. C'est tellement insensé de refuser un Rhinofluimucil et de vendre un Actifed! Il y a plein d'autres façons de soigner un rhume. »

Répondre
 
CHRISTOPHE A Pharmacien 08.01.2017 à 09h02

« La pseudoephédrine est interdite devant le comptoir!!!!!!!!! »

Répondre
 
FREDERIC B Pharmacien 07.01.2017 à 09h08

« C'est ridicule!!! Il m'arrive régulièrement de refuser de délivrer ces médicaments en posant les bonnes questions ou en connaissant l'historique médicamenteux du patient, c'est notre rôle!!!! Bientô Lire la suite

Répondre
 
AHMED B Pharmacien 08.01.2017 à 14h22

« TOUT A FAIT D'ACCORD AVEC FREDERIC B.
LE MEDICAMENT N'EST PAS UN BONBON, N'EST PAS ANODIN.C'EST POUR CELA QU'IL Y'A DES PHARMACIENS .S'IL N'Y'AVAIT AUCUN DANGER , POURQUOI NE PAS LES VENDRE SUR LES Lire la suite

Répondre
 
CHRISTOPHE A Pharmacien 06.01.2017 à 22h06

franchement c'est pathétique, je suis 100% d'accord avec pharma grognon, on est quand même capable de juger si oui ou non on peut donner ce médicament, encore une fois le pharmacien se rabaisse Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 20.02.2017 à 20h04

Entièrement d'accord!
De plus, avec le Dossier Pharmaceutique je contrôle maintenant tous les historiques des patients que je ne connais pas .....
Je suis souvent surpris de constater qu'en 2017 Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires