Sovaldi, Glivec, Avastin, Tarceva… - Une difficile prise en charge

Sovaldi, Glivec, Avastin, Tarceva…Une difficile prise en charge

Charlotte Demarti
| 05.01.2017

Dans le domaine du cancer et plus récemment de l’hépatite C, certains médicaments coûtent de petites fortunes, et mettent en péril l’économie de notre système de santé.

46 000 euros la cure de Sovaldi (3 mois) dans l’hépatite C, plus de 30 000 euros par an pour le Glivec dans certaines leucémies, plus de 70 000 euros par an pour le Keytruda dans le mélanome non opérable… Les prix de certains nouveaux traitements, notamment dans le cancer et plus récemment dans l’hépatite C, ont littéralement explosé.

Les associations de patients et les médecins manifestent haut et fort leur mécontentement : en mars 2016, 110 cancérologues...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires