Sovaldi, Glivec, Avastin, Tarceva… - Une difficile prise en charge

Sovaldi, Glivec, Avastin, Tarceva…Une difficile prise en charge

Charlotte Demarti
| 05.01.2017

Dans le domaine du cancer et plus récemment de l’hépatite C, certains médicaments coûtent de petites fortunes, et mettent en péril l’économie de notre système de santé.

46 000 euros la cure de Sovaldi (3 mois) dans l’hépatite C, plus de 30 000 euros par an pour le Glivec dans certaines leucémies, plus de 70 000 euros par an pour le Keytruda dans le mélanome non opérable… Les prix de certains nouveaux traitements, notamment dans le cancer et plus récemment dans l’hépatite C, ont littéralement explosé.

Les associations de patients et les médecins manifestent haut et fort leur mécontentement : en mars 2016, 110 cancérologues...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires