Des médicaments encore trop mal connus des pharmaciens et des médecins - Arrivée des biosimilaires : une formation nécessaire

Des médicaments encore trop mal connus des pharmaciens et des médecinsArrivée des biosimilaires : une formation nécessaire

Denis Durand de Bousingen
| 15.12.2016

Alors que les médicaments biosimilaires vont connaître une progression « à deux chiffres » dans les cinq ans à venir, les pharmaciens restent peu ou mal formés à la délivrance de ces produits, que beaucoup avouent franchement ne pas connaître. Une journée de formation organisée à Strasbourg à l’initiative de l’ARS Grand Est a aidé médecins et pharmaciens à mieux découvrir leurs spécificités.

Trop facilement comparés à des génériques, alors qu’ils ne sont pas « identiques », mais similaires aux médicaments biologiques dont les brevets ont expiré, les biosimilaires font aussi l’objet de procédures de mise sur le marché bien plus lourdes que les génériques avec, notamment, le renouvellement de tous les essais de phase III. En outre, ils ne sont pas substituables.

Il n’en reste pas moins que ces produits déroutent les médecins, constatent de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires