Pour ou contre la rétrocession ?

Pour ou contre la rétrocession ?

Marie Bonte
| 01.12.2016

Alors que la profession est en pleine réflexion sur les conditions d'achats des pharmaciens, la rétrocession fait irruption dans les débats. Cette pratique officieuse et illégale, consistant à l’achat groupé de médicaments par un groupe informel de pharmaciens, divise les titulaires, les syndicats et les groupements.

  • pour ou contre

Un bras de fer s’est engagé au cours des dernières semaines. La rétrocession s’invite au cœur des relations entre titulaires, groupements et laboratoires, mais aussi entre pharmaciens eux-mêmes. « Tout est fait pour entraver les possibilités de négociations des pharmaciens », déplore Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO).

La rétrocession est le point le plus noir de ces difficultés. Cette pratique consiste à grouper des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires