Retraite des pharmaciens - La démographie, un enjeu majeur pour la CAVP

Retraite des pharmaciensLa démographie, un enjeu majeur pour la CAVP

François Sabarly
| 28.11.2016

La Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens (CAVP) présente des comptes équilibrés et dispose de réserves financières importantes. Mais la baisse du nombre de pharmaciens choisissant l’exercice en officine réduit le nombre de cotisants, rendant sans doute nécessaire une nouvelle réforme du régime complémentaire par répartition. C’est ce qu’a notamment indiqué la présidente de la caisse de retraite, Monique Durand, au cours des premières « Rencontres de la CAVP ».

La retraite des pharmaciens libéraux, on le sait, est composée, de deux régimes : le régime de base, géré par la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL), et le régime complémentaire, géré directement, lui, par la CAVP. Depuis deux ans, ce second régime comporte une part de capitalisation obligatoire, en plus de la part gérée traditionnellement en répartition.

« Notre système de retraite est à ce jour le seul, parmi les différentes...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires