Chaîne de valeur contre low cost - Comment éviter l’ubérisation de l'officine

Chaîne de valeur contre low costComment éviter l’ubérisation de l'officine

28.11.2016

Le métier d’officinal est-il ubérisable ? Selon l’économiste Pascal Perri*, au-delà du phénomène de mode, la question doit désormais être clairement posée À l’occasion du 25e congrès de Pharmacie Référence Groupe, il a exposé sa vision de la pharmacie de demain.

La question du risque d'ubérisation de l'officine semble une évidence pour « un marché qui pèse quelque 35 milliards d’euros, puisque le principe même de l’ubérisation nécessite un marché grand, mature, avec des phénomènes de concurrence organisée, et profitable », affirme Pascal Perri. Elle semble d’autant plus d’actualité que le monopole ne constituerait plus aujourd’hui un rempart infranchissable. Convaincue de la nécessité de réaliser des gains de productivité sur les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires