Logiciel de gestion - Un pharmacien en correctionnelle pour une erreur de touche

Logiciel de gestionUn pharmacien en correctionnelle pour une erreur de touche

Marie Bonte
| 24.11.2016

Accusé par la caisse d’assurance-maladie d’escroquerie à hauteur de 583 000 euros, un pharmacien des Hauts-de-France a finalement écopé d’une amende de 5 000 euros et d’une interdiction d’exercer pendant un an. Aucune infraction n’a en effet pu être retenue contre lui dans les principaux faits qui lui étaient reprochés si ce n’est l’emploi inadéquat d’une touche de son logiciel de gestion de l’officine.

  • touche K

Il aura suffi d’une audience pour que la lourde accusation qui pesait sur lui, se dégonfle. Un couple de titulaires du Quesnoy (Nord) a finalement pu prouver que les lourdes charges retenues contre lui – une escroquerie à l’assurance maladie de 583 184 euros – n’étaient finalement qu’un simple tour de passe-passe dû à une erreur de manipulation de son logiciel de gestion d’officine.

Il aura fallu cependant plus d’un an et toute la pugnacité de leur défenseur, Me Jean-François...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires