Sur les Marches du Galien - L’innovation est le moteur de Boehringer Ingelheim… sa raison d’être

Sur les Marches du GalienL’innovation est le moteur de Boehringer Ingelheim… sa raison d’être

17.11.2016

La coopération avec des partenaires tout au long de la chaîne de valeur de la Recherche et Développement est la stratégie de Boehringer Ingelheim. Cette stratégie est payante puisque le laboratoire allemand enchaîne les succès, notamment dans les domaines de la fibrose pulmonaire idiopathique et de l’anticoagulation. De nombreuses autres innovations sont à venir et l’ambition du laboratoire est intacte. 

  • Sur les Marches du Galien - L’innovation est le moteur de Boehringer Ingelheim… sa raison d’être-1

    L’innovation est le moteur de Boehringer Ingelheim… sa raison d’être

Depuis 45 ans, le prix Galien récompense les meilleures innovations thérapeutiques. 120 candidatures ont été sélectionnées cette année, toutes catégories confondues. Parmi elles, celle de Boehringer Ingelheim dans la réversion de l’anticoagulation des AOD. Rendez-vous le 7 décembre prochain à Paris pour découvrir les lauréats du prix Galien 2016.

«Sans innovation, notre raison d’être est questionnable. L’innovation est notre moteur. L’innovation doit être préservée, ce qui ne va pas de soi dans un environnement aussi compétitif. Mais, c’est une volonté affirmée stratégique de Boehringer Ingelheim. La recherche clinique est au cœur du développement des traitements de demain. » C’est ainsi que le Pr Pascal ­Piedbois, directeur du département médical de Boehringer Ingelheim France, explique l’implication du laboratoire dans la R&D.

Développer la nouvelle génération d’avancées médicales
Un programme d’investissement sur cinq ans décidé en 2015 permet d’allouer à la Recherche et au Développement de Boehringer Ingelheim 11 milliards d’euros au total, 5 milliards d’euros sont consacrés à la R&D préclinique dont 1,5 milliard d’euros pour des collaborations avec des partenaires extérieurs. L’entreprise cherche à développer la nouvelle génération d’avancées médicales et à maintenir son excellente ­position concurrentielle. La nouvelle stratégie R&D se base sur l’innovation ouverte sous forme de collaborations extérieures afin de mieux exploiter les sciences émergentes ainsi que l’expérience et les capacités de Boehringer Ingelheim pour la découverte de nouveaux médicaments.

« La coopération avec des partenaires tout au long de la chaîne de valeur de la Recherche et Développement est la stratégie de Boehringer Ingelheim. L’innovation ouverte est devenue un élément fondamental de la découverte de médicaments. L’innovation dans son coin ne sert à rien. C’est alors une belle idée, mais pas une innovation. Dix-huit études sont pilotées par la France pour l’International », se félicite le Pr Piedbois. 
 

Les accords de collaboration bilatéraux avec des chercheurs universitaires et des sociétés de biotechnologies fournissent des points de départ importants pour les projets de découverte de médicaments. Boehringer Ingelheim est partie prenante de plusieurs nouvelles collaborations de recherche dans des domaines passionnants de la science avec des partenaires qui sont des leaders mondiaux dans leurs domaines. « Les partenariats en Recherche font partie de l’ADN de Boehringer Ingelheim. Trois cents sites en France participent aux essais cliniques du laboratoire. Pour que ces partenariats soient fructueux, il faut avoir un intérêt commun, établir des liens de confiance et il faut, lorsque ce partenariat est signé avec le monde académique, que ce dernier soit acteur de cette recherche », insiste-t-il. 
 
L’ambition est de répondre à tous les besoins médicaux qui nécessitent des innovations thérapeutiques et de répondre à tous les malades dont le pronostic vital est menacé par des maladies redoutables. L’engagement de Boehringer Ingelheim s’est récemment concrétisé sous forme d’une innovation importante dans la fibrose pulmonaire idiopathique. Ce progrès concerne quelques milliers de malades dont le pronostic vital et fonctionnel est engagé, qui étaient en impasse thérapeutique et qui vont pouvoir bénéficier de ce traitement. « L’innovation de Boehringer Ingelheim n’est pas réservée à quelques aires thérapeutiques dont les besoins existent, mais qui ne constituent pas l’alpha et l’oméga du besoin », souligne le Pr Piedbois.
 
Innover dans le domaine des AOD et de la réversion de cette anticoagulation
Depuis plus de vingt-cinq ans, Boehringer Ingelheim s’est impliqué dans la prévention et le traitement des maladies thromboemboliques et, notamment, dans la lutte contre les AVC. C’est ainsi que le laboratoire a innové dans le domaine de l’anticoagulation orale directe en prévention des AVC/embolies systémiques liés à la FA ; et, plus récemment, a innové dans le domaine de la réversion de cette anticoagulation, en milieu hospitalier et en situation d’urgence. Dans ce domaine, souligne le Pr Piedbois, « le prix Galien représenterait la reconnaissance du travail accompli sur plusieurs années et de l’engagement des équipes auprès des professionnels de santé et des malades »Rappelons aussi l’investissement de Boehringer Ingelheim dans la prise en charge en urgence de l’AVC à la phase aiguë. 
 
La diabétologie bénéficie également de la Recherche et Développement du laboratoire. C’est le cas particulièrement dans le traitement du diabète de type 2 avec une recherche aboutie sur une action ciblée au niveau rénal. Ce qui a conduit à une approbation en Europe, aux États-Unis et sur d’autres marchés à l’échelle mondiale pour le traitement des adultes atteints de diabète de type 2. 

Mais, pour le Pr Piedbois, « la Recherche n’est pas seulement une recherche d’efficacité, mais c’est aussi une compréhension des effets secondaires. C’est tout le domaine de la pharmacovigilance qui a longtemps été le parent pauvre de cette recherche. La compréhension de la valeur d’un médicament est ce que j’apporte au malade avec ce médicament en terme de démonstration d’efficacité basée sur les études de mise sur le marché et les études en vie réelle qui s’appuient aujourd’hui sur une méthodologie extrêmement solide, affinée. La pharmacovigilance est une partie importante de la Recherche qui est un continuum. »
 
Et demain ? Les connaissances biomoléculaires qui ont explosé en cancérologie ont des implications pratiques pour l’ensemble des autres spécialités. « Cela revient à parler de la médecine personnalisée et je plébiscite un monde moins cloisonné. Mon vœu est que les plates-formes de biologie moléculaire, de recherche, qui permettent de faire de la médecine personnalisée puissent être partagées avec les autres spécialités », explique le directeur médical. 

Dans le même temps, le laboratoire réfléchit dans l’organisation de sa Recherche. Identifier au sein de la Recherche Boehringer Ingelheim, une entité « Innovative Unit : c’est un sous-ensemble de la Recherche consacré aux phases très précoces de l’innovation, “le cœur du réacteur”. Il s’agit, pour notre laboratoire, de pérenniser la Recherche en lui octroyant tous les moyens nécessaires. » De grandes ambitions pour l’avenir. 


Dr Sophie Carillo

 
Boehringer Ingelheim en chiffres




16-1303 10/2016 Boehringer Ingelheim France SAS  

Publi-rédactionnel réalisé par le Quotidien du Pharmacien Agence pour Boehringer Ingelheim

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3