Dialogue - Je soigne, nous soignons… mais pourquoi ?

DialogueJe soigne, nous soignons… mais pourquoi ?

14.11.2016

Un sondage* effectué auprès de pharmaciens titulaires en officine révèle que 51 % d'entre eux souhaitent disposer d'une clause de conscience. Ceux-ci estiment qu'elle pourrait être évoquée lors de « situations de fin de vie et de mise en danger de la vie du patient ». Ces résultats sont tout à fait surprenants et rassurants : ils démontrent que, pour une majorité des officinaux, la conscience des risques encourus par la prise de médicaments est omniprésente :...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
médicament à l'unité

Dispensation à l’unité : feu vert des députés

La délivrance des médicaments à l’unité a été adoptée par les députés le 13 décembre. Le gouvernement s’engage à consulter les pharmaciens préalablement à la rédaction des décrets d’application. La dispensation à l’unité sera... 10

Partenaires