Attentes des patients : moins d'objets connectés, plus d'humanité

Attentes des patients : moins d'objets connectés, plus d'humanité

Marie Bonte
| 08.11.2016
  • giropharm

À contre-courant des idées reçues, une enquête IFOP pour le groupement Giropharm révèle que les attentes des patients concernent moins le développement des nouvelles technologies qu'un aménagement de l’officine favorisant l’accueil et l’échange.

S’ils veulent de la modernité, les patients ne la recherchent pas tant dans les outils digitaux que dans une posture nouvelle de leur pharmacien, associant l’expertise à de réelles compétences relationnelles.

Une enquête IFOP,...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Frédéric A Pharmacien 08.11.2016 à 18h06

Eh bien voilà encore une très belle enquête qui montre que notre atout c'est notre savoir ! Trop cool ! Dommage pour les pHarmacie 100% connectées. L'idée n'est pas mauvaise mais c'est la Lire la suite

Répondre
 
Thilo D Pharmacien 08.11.2016 à 17h01

Je le savais depuis longtemps, mes patients ignorent royalement tous les gadgets "modernes" que je peux leur proposer, bornes site, accès smartphone,... personne ne s'en sert, tout à l'ancienne. Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires