À la Une - « Pourquoi j'ai fermé ma pharmacie »

À la Une« Pourquoi j'ai fermé ma pharmacie »

Marie Bonte
| 07.11.2016

En septembre, 28 officines ont baissé définitivement leur rideau. Soit presque une par jour. Et derrière chacune de ces fermetures, un pharmacien acculé à la décision douloureuse de cesser prématurément son activité. Si le sentiment est le même, les circonstances de ces accidents professionnels sont variées. Quatre anciens titulaires témoignent.

  • fermeture
  • 07/11/16-0- visuel sous papier manchette Amélie Bouttemy

Ils jettent l’éponge. Désertification médicale, mais aussi loyers décuplés et quartiers enclavés ont eu raison de l’enthousiasme de leurs débuts.

« Mes patients regrettent mes qualités d’accueil et d’écoute. Des valeurs auxquelles on ne peut pas attacher de prix », déclare Nicolas Cacot, alors qu’il s’apprête à fermer définitivement son officine de Cléder (Finistère), après onze ans de présence dans ce bourg de 3 833 habitants.

L'estimation du prix...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Le tour de France des pharmacies - Étape à La Teste-de-Buch-0

Le tour de France des pharmacies Étape à La Teste-de-Buch

Troisième étape de notre tour de France des pharmacies, la pharmacie du Pyla, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon. Pendant tout le mois d’août, nous vous proposons en effet de sillonner les routes de France pour aller à la rencontre de confrères pour qui l’été n’est pas synonyme de repos. Commenter

Partenaires