Un usage médical qui se répand en Europe - Du cannabis dans les pharmacies allemandes au printemps prochain

Un usage médical qui se répand en EuropeDu cannabis dans les pharmacies allemandes au printemps prochain

Denis Durand de Bousingen
| 07.11.2016

Si beaucoup de pharmaciens et de médecins français sont favorables à une dépénalisation de l’usage du cannabis à des fins médicales, ils ne peuvent, dans l’état actuel de la loi, qu’observer ce qui se passe dans les pays voisins, de plus en plus nombreux à suivre cette voie : l’Allemagne s’apprête à son tour à le faire au printemps prochain.

  • eee

Organisé chaque année depuis 5 ans à Strasbourg par l’Union francophone pour les cannabinoïdes en médecine (UFCM-I care) et l’association Action SIDA Ville, un colloque international permet de faire le point sur les questions juridiques et médicales posées par le cannabis. Après des années d’hésitation, l’Allemagne, qui autorisait déjà les prescriptions de dronabinol, de nabilone et, plus récemment, de Sativex en spray, autorisera au printemps printemps prochain tous...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires